INTRODUCTION

 

Les manifestations articulaires sont de plus en plus fréquentes chez les patients insuffisants rénaux chroniques, au fur et à mesure que s'allonge la durée de leur dialyse. Leur physiopathologie est complexe, multi-factorielle et fait intervenir en plus de l'ostéodystrophie rénale une molécule d'amylose particulière appelée la Bêta 2 microglobuline (Bêta 2 µGl). Les arthropathies destructrices, bien connues au niveau des membres (articulations trapézo-métacarpiennes, inter-phalangiennes, épaules, hanches, genoux) peuvent siéger également au niveau du rachis. Ces spondylarthropathies destructrices décrites pour la première fois par Kuntz (42) sont particulièrement fréquentes au rachis cervical et peuvent être responsables d'une symptomatologie neurologique douloureuse et déficitaire.

Nous présentons dans ce travail 5 observations de patients porteurs d'une spondylarthropathie destructrice (SPAD), symptomatique sur le plan neurologique, dont l'instabilité a été stabilisée par voie antérieure. Nous en dressons le bilan en les comparants aux données de la littérature concernant d'une part, les patients opérés par d'autres techniques et d'autre part concernant les patients non opérés.

Sur demande vous pouvez obtenir l'évaluation de l'importance de différents éléments dans la responsabilité de la symptomatologie; l'instabilité rachidienne, listhésis, présence de masses globuliniques, afin de préciser l'indication opératoire et sa technique.